11. Chez le voleur

Ils reprirent encore une fois leur route, suivant la piste jusqu’au village des deux jeunes hommes, Hamou-le-Barbu et son ami Hamou-le-Voleur. Ils les trouvèrent dans les champs, en train de déblayer la boue et le débris d’une rigole d’irrigation. Les deux jeunes hommes furent contents de voir Amsiggel et Tazouite et leurs compagnons et ils s’assirent tous dans un verger et causèrent des évènements des derniers jours. Puis le forgeron prit la parole : « Mes amis, nous avons entendu dire que vous vous appelez tous les deux ‘Hamou’, mais nous ne pouvons pas savoir lequel de vous deux est Hamou-le-Barbu, parce que vous n’avez ni l’un ni l’autre la barbe ! » Tout le monde rit. Ils demandèrent alors au Barbu, « Pourquoi as-tu rasé ta barbe ? » « C’est très simple, » répondit-il. « J’ai trouvé par hazard un rasoir à côté de la rigole ! » Ils rirent encore une fois. Puis celui qui s’appelait le Voleur le fixa d’un regard en disant, « Ecoute, tu as changé ton aspect rien qu’avec un rasoir de deux centimes. Est-ce que je ne peux pas changer, moi aussi ? »

Se tournant vers Amsiggel, ils dirent, « Te souviens-tu de notre conversation ? Nous avons demandé s’il était possible pour une mauvaise personne de devenir bonne aux yeux de Dieu et d’autrui ? » Alors ils regardèrent tous Fidèle pour voir s’il savait la réponse. Il dit aux jeunes (nommés tous deux Hamou), « Mes amis, lorsque nous sommes arrivés ici, nous vous avons trouvés en train de déblayer la rigole. Dites-moi, d’où provient cette eau ? Coule-t-elle à partir d’une source ou d’une rivière ? » « A partir d’une source, » répliquèrent-ils. « Bon, et quand l’eau coule de la source, comment est-elle ? » « Elle est pure et propre et douce, » dirent-ils. « Dans ce cas-là, d’où provient la boue et le débris ? » demanda-t-il. « Ça tombe tout simplement là-dedans, » répondirent-ils, « chaque fois que des enfants ou des animaux marchent près de la rigole. » Fidèle leur dit alors, « Voyez-vous, cette eau sort de la source parfaitement pure, mais plus elle avance, plus elle devient boueuse, à cause des saletés et des ordures qui tombent dedans, jusqu’à ce qu’elle atteigne finalement la plaine, où elle expire parmi les cailloux et le sable et disparaît complètement. » « C’est juste, » approuvèrent-ils. « Ecoutez donc, » dit-il, « que je vous montre ce que cela signifie, car c’est comme ça que se passent les choses pour nous tous. A la naissance, le cœur d’une personne est propre et son esprit est innocent, mais à partir de ce point-là on est sur le déclin, se frayant un chemin parmi les ruses malhonnêtes et les stratagèmes diaboliques de ce monde avant de devenir vieux et faible et finalement mourir. Car tant qu’on est dans ce monde, les saletés vous tombent dessus et vous rendent de plus en plus crasseux. » Fidèle marqua une pause avant de dire, « Et qu’en est-il de cette boue et de ces ordures ? Certains flottent à la vue de tous, mais d’autres coulent sous la surface et ne se voient pas si facilement. Quelques-uns d’entre les gens font voir aux yeux de tous à quel point ils sont crasseux, mais d’autres cachent leur impûreté. Les péchés de quelques-uns sont si évidents qu’on peut facilement prévoir le jugement qui va tomber sur eux. Mais pour d’autres, ce n’est que plus tard que leurs péchés se feront voir. »

« Ecoutez, vous tous, » poursuivit Fidèle, « que je vous raconte une histoire : Il était une fois un homme qui fumait cinquante cigarettes par jour. Ses habits, ses mains et son corps étaient complètement imprégnés de fumée de cigarette. Chaque fois qu’il arrivait à la maison, sa femme se plaignait de la puanteur. Il est donc allé bien se baigner au hammam ; il a changé ses habits et il est revenu purifié de l’odeur de cigarette. A l’extérieur tout allait bien, mais comment était-il à l’intérieur ? Qu’en était-il de cette fumée qui était entrée au dedans de lui ? La fumée qui avait gâché ses poumons : voici qu’elle était en train de le tuer. Et l’homme se trouve exactement dans cet état-là. Il peut laver sa peau ; il peut laver ses habits ; mais son cœur est plein de toute sorte de mal. Et comment le rendre propre ? »

« O Fidèle ! Vous savez exactement comment nous sommes ! » dit l’autre Hamou. « Il est très difficile de nous purifier de toute notre pollution. Il n’est pas facile d’éviter des paroles méchantes et des pensées mauvaises, parce que l’homme est faible. Bien que nous désirions faire ce qui plaît à Dieu, nous n’y arrivons pas. Nous savons tous que nous échouons ! »

« Mais est-il possible pour une mauvaise personne de devenir bonne aux yeux de Dieu et de l’homme ? » demanda le Voleur. « Pouvons-nous déblayer la boue et le débris du péché de nos cœurs ? » « Il y a quelqu’un, » répondit Fidèle doucement, « qui est capable de nettoyer votre cœur. Il sait enlever toute l’impûreté et la méchanceté pour remplir ton cœur de l’Esprit d’amour et de paix. Si tu regrettes sincèrement toutes les mauvaises choses que tu as faites et tu détournes de tout ce qui te rend malpropre, il ne te reste qu’une seule chose à faire. » « Qu’est-ce que c’est, monsieur ? » demanda le Voleur. « Tu as besoin de te raccrocher à notre Sauveur, » dit Fidèle. « Crois en lui et appuis-toi sur lui parce qu’il s’est donné lui-même afin de nous libérer de tout mal et de nous purifier pour que nous devenions son peuple. Ainsi tu peux commencer une nouvelle vie, et Dieu te pardonnera et oubliera volontiers ce que tu as fait dans le passé. En fait, il fera un miracle en toi – il te rendra propre depuis l’intérieur et remplira ton cœur de la beauté et de la bonté du Paradis. »

Ils réfléchissaient lorsque Fidèle enchaîna, « Mais n’oubliez pas comment les femmes trient les lentilles jour après jour et enlèvent les gravillons et les graines de mauvaise herbe qui s’y trouvent. Si tu commences une nouvelle vie, Dieu t’aidera tous les jours à trier le mal au dedans de toi, que ce soit des paroles, des actions ou des pensées. Il t’aidera à éliminer les paroles méchantes de la conversation honnête et d’enlever les mensonges du discours sincère. Il t’aidera à éviter tout ce qui pourrait t’attirer vers des actions diaboliques et il t’éloignera de ceux qui se sont habitués aux grossièretés de ce monde. Il sera avec toi – celui qui sait te sauver de tout ce qui pollue le cœur de l’homme. Crois en lui, raccroches-toi à lui, appuis-toi sur lui. Si tu fais ceci, tu seras toujours bon aux yeux de Dieu. »

« Mais comment être bons aux yeux de l’homme ? » demanda le Voleur. « Comment les gens peuvent-ils nous pardonner ? Ils ne peuvent jamais oublier ce que nous avons fait dans le passé ! » « Nous ne voyons plus les gens, » répondit Fidèle, « comme les autres les voient. Car nous savons que, si quelqu’un a commencé une nouvelle vie, alors Dieu l’a transformé. Toutes les anciennes choses sont parties et il s’est renouvelé, parce que Dieu a fait la paix avec lui par notre Sauveur. Dieu ne compte plus ses péchés. Celui qui s’est renouvelé sera accepté chez nous tout comme il l’a été par Dieu. Nous l’aimerons et l’apprécierons et nous ne penserons plus jamais au passé. Si quelqu’un était voleur, nous ne l’appelerons plus un voleur, car nous devons oublier ce qu’il a fait dans le passé. » « Si c’est comme ça, » dit celui nommé le Voleur, « quel nom me donnerez-vous maintenant ? » « Nous t’appelerons Hamou-le-Nouveau, » répliqua Fidèle, « parce que l’ancien Hamou est mort au dedans de toi. »

Puis l’autre Hamou prit la parole : « Merci, Fidèle, de nous avoir raconté tout ceci. » « Nous devrions remercier Dieu, » répondit Fidèle, « parce que c’est lui qui nous a pardonné de toutes les mauvaises choses que nous avons faites. » Puis Hamou-le-Nouveau dit, « Permettez-nous de vous accompagner pendant votre voyage pour en entendre davantage à ce sujet. » « Venez donc, » répliqua Fidèle. « Nous avons toujours le temps aujourd’hui de voir le nomade. » Ils partirent tout de suite sur la piste.